Référence :136862

Le Juif et la France. Exposition au Palais Berlitz

[Marquès-Rivière, Jean - Péron, René ]

Institut d études des questions juives, sd. 1941 In-4 agrafé 32 pp. Couverture illustrée. Photographies hors-texte, plans de l exposition. Très bon exemplaire.

Introduction de Paul Sézille, secrétaire général de l Institut d étude des questions juives et textes de Jean Marquès-Rivière (1903-2000), écrivain et journaliste collaborationniste, propagandiste antisémite et antimaçonnique. La couverture reproduit l affiche réalisée pour la circonstance par René Péron (1904-1972). Inspirée notamment des « travaux scientifiques » du professeur d anthropologie George Montandon, l exposition est présentée comme une entreprise pédagogique afin d « aider les Français à reconnaître les Juifs par leurs caractéristiques physiques » et de démontrer « l emprise corruptrice générale » que ces derniers exerceraient sur le pays. Les documents qui couvrent les murs du Palais Berlitz sont, pour la plupart, empruntés à de précédentes expositions ; les autres proviennent des administrations françaises qui ont bien voulu aider le capitaine Sézille. L Institut d étude des questions juives est créée en mai 1941 sous la houlette de l Ambassade d Allemagne et du chef de la section des Affaires Juives de la Gestapo en France occupée, Dannecker, avec des groupuscules antisémites tel que la Communauté Française. Les objectifs sont l élaboration d une science du judaïsme, l aryanisation, rapide et complète, des biens juifs et des professions mais aussi de pousser Vichy vers un antisémitisme plus authentiquement nazi, alors que le Commissaire général aux questions juives, Xavier Vallat, refuse de s engager sur le terrain de la propagande et s efforce de conserver sa liberté d action. « C est dans cette perspective que s inscrit l exposition du Palais Berlitz. A moyen terme, l exposition voudrait préparer l opinion française à l extermination de la population juive. A court terme, elle vise à porter un coup à Vallat, donc au C.G.Q.J. La meilleure preuve, c est que dans les premiers mois de l année 1942, la position du commissaire général s affaiblit ; en juin, il est remplacé par Darquier de Pellepoix qui, lui, crée une Direction de la Propagande. » (A. Kaspi. « Le Juif et la France », une exposition à Paris en 1941 ; Dans Le Monde Juif 1975/3 ; N°79).

500.00 €