Référence :144447

C est Pétain qu il nous faut

Hervé, Gustave

P., La Victoire 1935 In-12 broché, 83 pp. Bien complet du prière d insérer.

Première édition de cette réunion d articles parus dans La Victoire, organe du Socialisme national (anciennement La Guerre sociale ; Gustave Hervé vient du socialisme révolutionnaire). Elle est diffusée avant le premier tour de l élection de mai 1936. Une seconde édition suivra les élections, avec un portrait du Maréchal en couverture. Pourquoi Pétain ? Lui seul peut restaurer l unité de la Nation, mettre un terme à l anarchie intérieure et nous réconcilier avec l Allemagne nouvelle, «serrer la main que nous tend vainement Hitler». Quand?: «Il n y a qu en temps de guerre et particulièrement en cas de défaite& » «Pour le moment, Pétain n a rien à faire, ni rien à dire. Nous n avons heureusement pas besoin de lui demander son consentement pour faire de l agitation autour de son nom.» Le temps venu il ne pourra pas se dérober. Hervé précise notamment son projet constitutionnel: plénitude des pouvoirs législatif et exécutif, Garde civique, Conseil d Etat, etc. Une troublante similitude avec les Actes constitutionnels de Vichy. Cette publication sera au centre de l accusation de complot, dans la Résistance puis au procès Pétain. Interrogés, les proches du journaliste ont réfuté toute collusion entre les deux hommes. Gustave Hervé n était pas de l entourage du Maréchal. Ce dernier ne voulait pas entendre parler de l homme du «drapeau dans le fumier». Autre temps, autre combat: leader antipatriote en 1905, Hervé avait outrageusement célébré l anniversaire de Wagram. L information révèlera, a contrario, une initiative de Pétain pour faire cesser cette campagne autour de son nom. La Victoire cessa de paraître en juin 1940. Dans son dernier article, censuré, Hervé était partisan de la poursuite de la lutte en Afrique du Nord. Il n obtiendra d ailleurs rien de Vichy.

25.00 €