148 résultats

Libération de Paris

Organe du Mouvement de libération nationale. Édition spéciale. 11 août 1944.

1944 21,5 x 32 cm. Ronéoté. (2) pp. Effrangé en pied.

Parisiens, Les événements se précipitent. . . Le dernier week-end des boches à Paris .

Libération (Nord)

L Hebdomadaire des Français libres. N° 106, 11 décembre 1942.

21 x 27 cm., ronéoté, (2) pp. Pliures.

Notre chef : le général de Gaulle (sa conception du chef, d après Le fil de l épée ) ; Entre Don et Volga (capitaine Brécourt : Christian Pineau) ; Les mensonge qui nous ont fait tant de mal (Barafort : Marcel Ferrières) ; Les peines de M. Perre Hamp (à propos du retrait de Moteurs (La peine des hommes) et d un article de Marcel Déat).Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch'er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d'Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l'occupation.

Libération (Nord)

L Hebdomadaire des Français libres. N° 106, 11 décembre 1942.

21 x 27 cm., ronéoté, (2) pp. Pliures.

Notre chef : le général de Gaulle (sa conception du chef, d après Le fil de l épée ) ; Entre Don et Volga (capitaine Brécourt : Christian Pineau) ; Les mensonge qui nous ont fait tant de mal (Barafort : Marcel Ferrières) ; Les peines de M. Perre Hamp (à propos du retrait de Moteurs (La peine des hommes) et d un article de Marcel Déat).Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation.

Libération (Nord)

L Hebdomadaire des Français libres. N° 107, 18 décembre 1942.

21 x 27 cm., ronéoté, (2) p p. Pliures.

Notre chef : le général de Gaulle, 2. Son jugement sur la défaite de 1870 (d après La France et son armée ) ; La réponse de la France (la lettre de Pétain à Hitler, du 5 décembre) ; Une chaire d antisémitisme en Sorbonne ; La néo-relève ; Le coin des enfants : un référendum.Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch'er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d'Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l'occupation (résultats de la campagne de dessin La France que nous aimons ).

Libération (Nord)

L Hebdomadaire des Français libres. N° 107, 18 décembre 1942.

21 x 27 cm., ronéoté, (2) p p. Pliures.

Notre chef : le général de Gaulle, 2. Son jugement sur la défaite de 1870 (d après La France et son armée ) ; La réponse de la France (la lettre de Pétain à Hitler, du 5 décembre) ; Une chaire d antisémitisme en Sorbonne ; La néo-relève ; Le coin des enfants : un référendum.Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation.

Libération (Nord)

L Hebdomadaire des Français libres. N° 110, 8 janvier 1943.

1943 21 x 27 cm., ronéoté, (2) p. Pliures. Effrangé. Lég. tache.

Notre chef : le général de Gaulle, 5. Sa prescience sur le rôle des chars (d après Vers l armée de métier ) ; La République et la guerre ; En Russie : attaques concentriques sur Rostov ; Le complot Pétain (d après C est Pétain qu il nous faut, de Gustave Hervé).Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation (résultats de la campagne de dessin La France que nous aimons ).

Libération (Nord)

L Hebdomadaire des Français libres. N° spécial, 12 juin 1942. Message du général de Gaulle au Peuple français

21 x 27 cm., ronéoté, (2) pp. Pliures.

Texte intégral de la Déclaration du général de Gaulle au nom du peuple français affirmant son idéal républicain et démocratique, remise à Londres par le général à Christian Pineau le 24 avril et destiné aux chefs de mouvement de résistance afin de lever toute ambiguïté sur les positions du Chef de la France libre. Véritable ébauche du «programme commun» politique, économique et social qu'appliquerait le gouvernement de la libération, cette déclaration amorce le processus d unification des mouvements de résistance qui conduira le 27 mai 1943 à la constitution du Conseil National de la Résistance.Unique numéro spécial de l hebdomadaire, avec l affiche d août 1944.Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Y contribuent régulièrement Gaston Tessier (Jean Delarc, Jeanne Lafrance ou P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch'er (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d'Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : une centaine en 1941, près de 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l'occupation.

Libération (Nord)

Organe des Forces de Résistance Françaises. N° 116 20 février 1943. [Premier numéro imprimé]

1943 21 x 27 cm., imprimé, (4) p. Pliures.

Premier numéro imprimé : Il ne s agit que d un essai, est-il précisé. La version imprimée viendra définitivement en septembre 1943. Nous joignons le facsimile publié par Londres pour l occasion. Détresse (Serge Boze - Jean Texcier) ; La manoeuvre anti-bolcheviste (Jean Fournès - Maurice Harmel ) La course au Dnieper (Brécourt - Christian Pineau ) ; La grande rafle ; La guerre sous-marine et les mensonges de l Axe ; La collaboration économique d après-guerre ; Le départ des diplomates Sud-Américains.Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation (résultats de la campagne de dessin La France que nous aimons ).

Libération (Nord)

Organe des Forces de Résistance Françaises. N° 117, 23 février 1943

1943 2 feuillets, 21 x 27 cm., ronéoté, (4) p. Pliures.

Notre jeunesse (appel et instructions pour le sabotage du recensement) ; La Grande armée (l armée rouge) ; Sur la route de Poltava ( Christian Pineau, ps. Capitaine Brecourt) ; Un article de Virginio Gayda ( un ballon d essai pour une paix séparée ; Au Commissariat des prisonniers (nomination d André Masson) ; Le testament de M. Romier ; Une homme libre. (Déat).Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation (résultats de la campagne de dessin La France que nous aimons ).

Libération (Nord)

Organe des Forces de Résistance Françaises. N° 118, 2 mars 1943

1943 2 feuillets, 21 x 27 cm., ronéoté, (4) p. Pliures.

La marche des esclaves (STO) ; La proclamation de Hitler ( Maurice Harmel, ps. Jean Tournes) ; Honneur aux fusillés ; Les dénonciateurs ; La bataille du Dombas ; Finance et collaboration ; Petite rafale (Les Décombres de M. Rebater [sic]) ; 90 grammes (avec os).Christian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation.

Libération (Nord)

Organe des Forces de Résistance Françaises. N° 119, 9 mars 1943

1943 2 feuillets, 21 x 27 cm., ronéoté, (4) p. Pliures.

Les chasseurs d homme (STO) ; Lettre de Libération adressée aux fonctionnaires (ils seront jugés sur leur attitude) ; Un appel du général de Gaulle à la jeunesse ; Les étudiants de Paris écrivent au Maréchal (extrait de la lettre du RP Riquet) ; Prélude aux offensives alliées (Russie et Tunisie ; Christian Pineau ps. Capitaine Brécourt) ; Un monument d inconscience (Maurice Harmel, ps. Jean Fournès) ; Informations diversesChristian Pineau (1904-1995), fondateur du journal en décembre 1940, rédigera seul les 61 premiers numéros, sous les pseudonymes de François Berteval ou capitaine Brécourt. Au printemps 1942, Jean Texcier (pseudo Serge Boze) reprend la rédaction après le passage de Christian Pineau en zone sud. Gaston Tessier (Jean Delarc, Y contribuent régulièrement Jeanne Lafrance, P. Loutil), Maurice Harmel (Jean Fournès), le docteur Yves Porch er(d) (capitaine Bricourt) et Marcel Ferrières (Barafort) ; occasionnellement Louis Vallon, Emmanuel d Astier de La Vigerie, ou Pierre Brossolette. Le tirage reste modeste en comparaison des autres feuilles clandestines : 100 en 1941, 350 au printemps 1942, 1000 fin 1942, 4000 au printemps 1943, 40000 exemplaires à la fin de l occupation (résultats de la campagne de dessin La France que nous aimons ).

Limoges] Le Libre Poitou

2° année, n°109, jeudi 10 & vendredi 11 mai 1945

Lyon 1945 In-folio (30 x 44), (2) pp. Replié. Effrangements

Lyon] La Liberté

Quotidien d information indépendant du Sud-Est. Première année, n°6, jeudi 14 septembre 1944

Lyon 1944 In-folio (30 x 44), (2) pp. Replié 2 fois. Effangements et petit accroc angulaire.

Lyon] La Liberté

Quotidien d information indépendant du Sud-Est. Première année, n°3, mardi 12 septembre 1944

Lyon 1944 In-folio (30 x 44), (2) pp. Replié 2 fois.

Lyon] Le Progrès

Journal républicain quotidien. Mardi 12 septembre 1944

Lyon 1944 In-folio (25 x 44), (2) pp. Replié.

Lyon] Le Salut public

Lyon soir. Lundi 14, mardi 15 août 1944

Lyon 1944 In-folio (29 x 44), (2) pp. Replié. Petits effrangements.

PCI] La Vérité

Organe central du Parti communiste internationaliste. N°74. Nouvelle série : n°14. 30 septembre 1944. Liberté de la presse

1944 24 x 32 cm. (2) pp. Pliure. Discret tampon de collection

Numéro clandestin , suivant la demande officielle par le PCI de l'autorisation de faire paraître La Vérité. Enjoint, par la Fédération de la presse, d établir le caractère résistant de ces divers publications clandestines, l organe se justifie de son histoire et des attaques de L Humanité.

Planalto

Intercambio culturel latino "Interlat". Numéro especial. Junho 1945. Lettres françaises

Sâo Paulo 1945 In-8 broché, 124 pp. Couverture un peu fanée.

Florilège des Lettres française argentines de Roger Caillois, destinataire de cet exemplaire. Un hommage inédit d André Gide à Paul Valéry.

Pour la famille

Pour la famille. Organe mensuel des groupements familiaux. Dir. E. Lancelot. Mensuel. 13° année, N° 64. Septembre - octobre 1941

Folio (41 x 58), 4 pp. Illustrations. Pliures. Effrangements et légères brunissures. Fragile.

presse clandestine - France de Demain

France de Demain, n°1 [sous couverture camouflée du numéro de mai de la Revue de l enseignement supérieur du Ministère de l éducation nationale]

slnd [Mai 1944] 1944 Plaquette agrafée, (15,5 x 21,5), 63 pp.

Rare exemplaire camouflé de l unique numéro de la revue de Pierre Favreau, professeur d histoire à Louis Le Grand et Louis-Jean Finot, aussi rédacteurs du journal Résistance. Des corrections typographiques marginales au crayon pour l article consacré à l Université de France en guerre, certainement par René Maublanc, rédacteur de l Université libre et des archives duquel provient cet exemplaire.

Presse clandestine - Libération - Paris

Édition spéciale. Région parisienne. Général De Gaulle : Français, debout et tous au combat .

[Libération Nord, édition spéciale, juillet 1944] 1944 Imprimé (27 x 42), recto, sur deux colonnes. Croix de Lorraine en rouge au centre. Pliure. Petits effrangements.

Extrait du discours prononcé le 24 juillet 1944 par le général de Gaulle, alors chef du Gouvernement provisoire, devant l Assemblée consultative d Alger. il vient d obtenir de Roosevelt l abandon de l AMGOT et la reconnaissance du CFLN pour l administration de la France.

presse clandestine - L École laïque

N°26, avril 1944

1944 Feuillets double (16 x 24), 4 pp. 2 colonnes. Pliure

Organe du Front national de l enseignement primaire.

presse clandestine - L ÉTUDIANT PATRIOTE

Organe parisien du Front national. Mai 1944

1944 Feuillets double (16 x 24), 4 pp. 2 colonnes. Pliure

Prisonniers politiques - Résistance

Bulletin d information du Comité national de défense des Prisonniers politiques et La Solidarité de la Résistance. N°4. 30 juin 1944

[30 juin 1944] 1944 8 feuillets ronéotés (21 x 27), 14 pp. Pliure.

Le Comité regroupait avec la Solidarité de la Résistance un faisceau d organisations communistes ou non communistes. Outre la diffusion d information le Comité agissait sur les conditions de détention et de jugement des résistants, notamment par l envoi de courriers aux responsables concernés. Sommaire : Dernières lettre de patriotes fusillés ; Une élite se forme dans les camps et les prisons ; Une patriote fait face aux tribunal vichyssois ; Des mamans patriotes sont séparées de leurs nourrissons ; Un milicien opère ; Quelques faits de la répression ; A travers les prisons ; La vraie résistance est invisible.

Radio 44 [45]

18 numéros : n°1, 4 novembre 1944 - n°18, 25 février 1945

[Sofirad] 1944 18 numéros, folio (27 x 36), agrafé, chacun : (16) pp. Illustrations à toutes pages. Légères usures.

Tête de série de cet hebdomadaire, organe officiel de la radio française. Actualités politiques et militaires, reportages culturelles, notamment et. Pour le premier numéro : contributions de Maurice Schumann, Michel Droit, Alexandre Arnoux, etc. présentation très détaillée des programmes des chaînes de la RTF, avec articles et commentaires mais aussi la grille des programmes des radios périphériques.

Revue de la France libre

Nouvelle série, n°2. Novembre 1947

Paris 1947 In-8 agrafé, 28 pp. Illustrations photos. Couverture passée.

Russie aujourd hui

Avril 1944.

1944 Feuillets imprimé (21 x 27), 2 pp. Pliure. Brunissure, effrangement.

Organe de l association française des amis de l Union soviétique.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°10. 16 mars 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliure. Petite coupure en tête, sans manque. Lég. tache.

Consignes en vue d un débarquement ; Un grand soldat : le général Giraud [après son discours du 13 mars, ici salué) ; L heure des décisions par Marcel Renet (Jacques Destrée) ; Vers la Libération par Marcel Renet (Marc Antoine) ; Le Comité national français, par Maurice Lacroix (Jean Decour) ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°12. 27 avril 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliures. Effrangé

Construire du neuf et Vers le Gouvernement provisoire par Marcel Renet (Jacques Destrée & Marc Antoine) ; Le 1er mai, fête de l espérance ouvrière par Robert Lecourt (Rouanet) ; La France de demain (discours du général de Gaulle) ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°13. 22 mai 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliures. Effrangé

Volontés de la France & Manoeuvres allemandes par Marcel Renet (Jacques Destrée & Marc Antoine) ; La déportation s accentue par André Lafargue (Robert Desniaux) ; Katyn ; Enquête chez Todt ; etc. Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°16. 12 août 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliures. Effrangé

Grandeur française ; L édifice nazi se lézarde par Marcel Renet (Jacques Destrée & Marc Antoine) ; Les avocats de la France contre Vichy, par Me André Bossin (Paul Robin) ; Aurons nous un gouvernement Badoglio, par Maurice Lacroix (Jean Decour) ; À travers le désastre de Maritain, par Jacques Debû-Bridel (Sargon), etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), etc.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°18. 13 octobre 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliures.

L exemple Corse ; Inquiétudes de l ennemi, par Marcel Renet (Jacques Destrée & Marc Antoine) ; Avis au fonctionnaires (Alger, 17 septembre) ; Crimes et châtiments, par Pierre Français [peut-être Me Henri Mazeaud dont le pseudonyme était Pierre François] ; ou passe notre viande, par Saint-Sulpice [?] ; La panique d Alfred Fabre-Luce, par Jacques Debû-Bridel (Sargay) ; copieuse liste de souscripteurs (publiée à partir du 16 mars) ; etc. Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), etc.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°19 [bis]. 20 novembre 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliures. Petit accroc marginal, sans atteinte au texte.

D abord, nous faisons la guerre, par Joseph Ricou [?] Marcel Renet, victime d'une tentative d'arrestation le 5 octobre 1943, est en fuite. Il sera arrêté une seconde fois le 23 novembre fois le 23 novembre 1943. Les contributions suivantes ne sont pas signées (sinon une citation de Pierre Dac) : De Gaulle devant l Assemblée consultative provisoire ; La grande peur des bien-digérants ; Les affameurs de Paris ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), etc.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°5. 13 janvier 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. .

Notre victoire : Jacques Destrée souligne que, nonobstant la rentrée - tardive - de l Afrique du Nord dans la lutte, la bataille essentielle se joue sur le sol de France. Large revue militaire de Marc-Antoine ; Chronique des Lettres libres sur le Silence de la mer, par Jacques Debû-Bridel (Sargon) ; Reportages en Pays méditerranéens par André Lafargue (Robert Desniaux) ; Les Cahiers, études pour la Révolution française, par Claude Lafargue (Marc Deschamps) ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs, notamment Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine Schicklin, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°7. 4 février 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. .

Notre combat et La victoire en marche, par Marcel Renet (Jacques Destrée et Marc-Antoine) ; Le drame des lettres françaises sous l occupation : trahison ou silence, pas Jacques Debû-Bridel (Sargon), à propos d À travers le désastre, de Jacques Maritain aux éditions de Minuit ; reportage en Espagne par Catherine Villedieu (Mme Renet) ; revue de la presse clandestine ; la France en guerre : l évacuation du vieux Marseille, la situation en Afrique du nord, l épopée de l Armée du Tchad, au camp de Royalieu, etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs, notamment Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine Schicklin, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°8. 17 février 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Lég. effrangé.

La Communauté nationale par Marcel Renet (Jacques Destrée et Marc-Antoine) ; Vers des actions décisives par Marcel Renet (Marc-Antoine), sur le Front russe ; Europe, par Maurice Lacroix (Jean Decour) ; La jeunesse de France en péril par André Lafargue (Robert Desniaux) ; Captivité, par Henri Steiner, ex-prisonnier de guerre (Charles Duval) ; revue de la presse clandestine ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs, notamment Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine Schicklin, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°8. 17 février 1943.

[Londres ; Service d'Information de la France combattante ; ca. mars 1943] 1943 20 x 25 cm, (4) pp. Lég. brunissure en tête. Reproduction des Documents, « recueillis par le Service des Publications de la France Combattante », de format réduit.

La Communauté nationale par Marcel Renet (Jacques Destrée et Marc-Antoine) ; Vers des actions décisives par Marcel Renet (Marc-Antoine), sur le Front russe ; Europe, par Maurice Lacroix (Jean Decour) ; La jeunesse de France en péril par André Lafargue (Robert Desniaux) ; Captivité, par Henri Steiner, ex-prisonier de guerre (Charles Duval) ; revue de la presse clandestine ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

RÉsistance

Le nouveau journal de Paris. 2° année. N°9. 2 mars 1943.

[Montrouge] 1943 25 x 32 cm, (4) pp. Pliures. Effrangé.

Hommage au général de Gaulle par Pierre Brossolette (Pierre Braud) : " incarner " cette voix avant de plaider pour l'union de toutes et de tous derrière l'homme du 18 Juin, alors qu'à Alger, avec l'aide des Alliés, le général Giraud développe une alternative à la France Combattante ; Ressurection [sic] par Marcel Renet (Jacques Destrée) ; En pleine batailles par Marcel Renet (Marc Antoine) ; Chronique des Lettres libres : le bilan d un trahison [Drieu La Rochelle] par Jacques Debû-Bridel (Sargon) ; etc.Fondée par en octobre 1942 par le docteur Marcel Renet qui signe sous les pseudonyme de "Jacques Destrée" et Marc-Antoine". Il préside aussi le comité directeur du mouvement et assure les contacts avec les représentants du général de Gaulle. Le projet est de surpasser le premier grand journal de zone occupée, disparu trop vite : « La France continue ». Ancien membre du groupe de la Jeune République, c'est parmi ses anciens camarades qu'il va chercher ses premiers collaborateurs. Ainsi Maurice Lacroix, qui demanda spontanément à Antoine SCHICKLIN, un ancien du « Musée de l'Homme ». comme de « Valmy », s il ne voyaient pas d'inconvénients à ce qu'on reprît le titre de « Résistance ». Ce sera, avec le Libération de Christian Pineau, l un des plus importants journaux clandestins. Y contribuerons Pierre Brossolette (Pierre Braud), Jacques Debû-Bridel (Sargon), Henri Mazeaud (François), Maurice Roland (Ollivier), Me Boissarie (Caton), Maurice Lacroix (Jean Decour), Émile Janvier (Dormoy), Alcide Morel (Lefaure), Jean de Rudder (Verstraete), Henri Steiner (Ch. Duval), Mme Levreux (Claude Lasnier), Mme Renet (Catherine Villedieu), André Lafargue (Robert Desniaux), Claude Lafargue (Marc Deschamps), Me André Bossin (Paul Robin), Me Robert Lecourt (Rouanet), et d'autres.

Scène et monde

Scène et monde. Journal de l Empire. N°33, novembre 1941

Soissons 1941 Folio (30 x 43) (8) pp. Pliure (infimes accroc).

Mensuel illustré fondé en 1939 et dirigé par Lucie Paul-Margueritte

Scène et monde

Scène et monde. Journal de l Empire. N°34, décembre 1941

Soissons 1941 Folio (30 x 43) (8) pp. Pliure (petits accrocs).

Mensuel illustré fondé en 1939 et dirigé par Lucie Paul-Margueritte

STO ] Le Médecin Français

Organe des Comités de médecins du Front national. N°22, mars 1944.

slnd 1944 3 feuillets, 21 x 27 cm, ronéoté, (6) pp. Pliure.

Arrachons-les du bagne : modalités de fonctionnement commissions médicales et des des conseils de révisions pour le Travail obligatoire et instruction de conduite ; le régime sanitaire des prisonniers politiques (prison de la Santé et de la Petite Roquette) ; déportation du Pr Charles Richet ; l aide des médecins de Front national aux FTP : chroniques de la Résistance ; Le Front national et l ordre des médecins : pour la suppression de l Ordre et l établissement d un Conseil de famille du Corps médical .Le premier numéro, daté du 15 mars 1941, est rédigé par deux médecins communistes et juifs de la banlieue de Paris, Maurice Ténine et Jean-Claude Bauer (qui sont rapidement arrêtés en même temps que le premier groupe dirigeant du Front national et remplacés). Pauvre feuille ronéotée à l'origine, Le Médecin français s'impose au fil des années comme le journal médical résistant et il n'est confronté à aucun concurrent. Bien qu'évidemment dirigé par des communistes, il sait s'ouvrir aux personnalités incontestées de la résistance médicale et garder son ton à la fois consensuel et proche des réalités vécues par tous les praticiens. À la Libération, il s'impose tout naturellement comme le principal journal de la profession, presque officiel, et lu par l'écrasante majorité des médecins français. (D'après Bénédicte Vergez-Chaignon, "La presse de la résistance médicale", in DVD-ROM La Résistance en Ile-de-France, AERI, 2004.)

Toulouse] La Garonne

Mercredi 16 août 1944

Toulouse 1944 In-folio (30 x 44), (2) pp. Replié. Effrangements. Passé.

Toulouse] Le Grand Echo du Midi

4° année. Numéros des 3, 4, 10 & 17 août

Toulouse 1944 Les 4 numéros. In-folio (29 x 44), (2) pp. Repliés. Menus effrangements.

Toulouse] Quarante-Quatre

Organe des Comités départementaux de libération de la région de Toulouse. Édition du Lot-et-Garonne. N°50, lundi 16 octobre 1944

Sl. 1944 In-folio (28 x 45), (2) pp. Replié 2 fois.

Dirceteur-rédacteur : Marcel Abraham.

Tous les fronts

Tous les fronts. Apporte par les Forces aeriennes alliees. Quartier General Supreme Allie, le 25 juillet 1944

[Y16] 1944 23,5 x 32, (2) pp. Photographie. Carte. Pliure.

Septième numéro (sur 19) de cette feuille d information du SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force) rapportant les développements militaires et politiques. On note une rubrique permanente sur les FFI en action . L Armée rouge déferle à l ouest du Boug ; Gains alliés le long de l Orne ; . . .

Tous les fronts

Tous les fronts. Apporte par les Forces aeriennes alliees. Quartier General Supreme Allie, le 18 août 1944

[Y26] 1944 23,5 x 32, (2) pp. Photographie. Carte Pliure. Effrangé.

Seizième numéro (sur 19) de cette feuille d information du SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force) rapportant les développements militaires et politiques. On note une rubrique permanente sur les FFI en action .. Nouvelle percée au sud de Caen ; 8 officiers allemands pendus ; avancée russe en Prusse orientale.

Votre France

N°1. 7 mars 1945

VF1 [GPRF] 1945 21 x 26, 5 dépliant, (4) pp. illustrations photos, cartes et dessins. Déchirure marginale sans manque.

Organe du Gouvernement provisoire lancé aux Français en Allemagne, ce premier numéro sera ensuite vendu à Paris au profit du Comité National de l Absent. Treize numéros verront le jour entre le 7 mars et le 1er juin 1945.

École du Grand paris

Nouvelle série, n°2. 20 juin 1944

1944 3 feuillets ronéotés (21 x 27), 6 pp.

Organe de la Section de la Seine du Syndicat national des Instituteurs (reconstitué clandestinement)